Home Economie Anacarde:la Côte d’Ivoire se dote de moyens pour aborder le cap de...

Anacarde:la Côte d’Ivoire se dote de moyens pour aborder le cap de la transformation à 100%

Premier producteur d’anacarde en 2015 avec 702 510 tonnes, la Côte d’Ivoire veut faire de la transformation une priorité d’où la question de l’entreposage pour palier au financement qu’elle entend développer, a appris l’Agence de Presse Africaine (APA), sur place dans la capitale économique.

« Le Système de récépissé d’entreposage (SRE) est une alternative, un moyen d’accéder au financement », a souligné, Raphael Agnero, Coordonnateur du Projet d’appui au Secteur agricole en Côte d’Ivoire (PSAC) à Abidjan au cours d’un atelier, jeudi, visant à présenter le contenu de l’étude sur l’évaluation des capacités et des besoins d’entreposage dans une perspective de mise en place du système de récépissé d’entreposage (SRE).

Lire aussi:   Filière coton-anacarde: un audit accable la gestion du Conseil

La représentante de la Société financière internationale (SFI), Fanja Ravoavy a loué « la très grande ambition » de l’Etat ivoirien de transformer à100 % de sa production de la noix de cajou d’ici 2020.

« Nous connaissons tous les problèmes d’accès au financement surtout les fonds de roulement auxquels font face les transformateurs », a reconnu Mme Ravoavy d’où l’initiative de mettre en place le Système de Récépissé d’entreposage (SRE) qui règle la question de financement « d’une manière un peu plus facile » pour obtenir les matières premières.

« Ce système ne peut pas fonctionner sans les magasins de stockage aux normes internationales », a-t-elle par ailleurs mis en garde.Lui emboitant le pas, Kobenan Mougo, du ministère de l’industrie a souligné que « l’utilisation des magasins constitue un pré- requis ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Pour la Diaspora-FPI, «Le parti n'a pas de problème d'unité, mais c'est Affi qui a un problème avec le FPI»

Les premières études confiées à un cabinet donnent l’existence de 1056 magasins de stockage dont 266 sélectionnables pour le SRE et qui nécessitent des réhabilitations d’environ 4 milliards de francs CFA. Une capacité additionnelle de 106,000 m2 serait nécessaire d’ici 2020.

Karim Berthé, Coordonnateur général en charge du développement industriel au Conseil du Coton et de l’anacarde, situant l’intérêt d’un tel sujet, a annoncé qu’il est le premier maillon du volet de la structuration du secteur anacarde.En 2015, plus de 702 510 tonnes ont été produites en Côte d’Ivoire et moins de 50 000 tonnes ont été transformées localement.

Lire aussi:   Washington DC: L’US Exim Bank renforce sa coopération avec la Côte-d’Ivoire

« On a cette ambition de transformer à 100% ce produit en Côte d’Ivoire. D’où la disponibilité des espaces de stockages », a-t-il conclu.Le SRE est une méthode de financement par laquelle des prêts sont consentis contre des biens détenus en garantie dans un entrepôt.

Le gestionnaire d’entrepôt émet un récépissé pour les marchandises stockées et ces dernières sont utilisées comme garanties lors d’une demande de prêt auprès d’une institution financière.

SY/hs/ls/APA

abidjan.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here