Home Economie Anacarde: le prix du kilogramme fixé à 350 Fcfa par le gouvernement...

Anacarde: le prix du kilogramme fixé à 350 Fcfa par le gouvernement ivoirien

Le kilogramme de l’anacarde ou noix de cajou bord champ « bien séchée, triée et ne comportant aucune matière extérieure » a été fixé, le mercredi 10 février 2016, à 350 Fcfa contre 275 Fcfa en 2015 par le gouvernement ivoirien à l’issue d’un conseil de ministres présidé par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara. «Le prix planché obligatoire est fixé à 350 Fcfa/kg aux producteurs pour la noix de cajou bien séchée, bien triée, et ne comportant aucune matière étrangère. Le prix planché obligatoire magasin intérieur est fixé à 375 Fcfa/Kg et le prix planché obligatoire magasin portuaire est fixé à 432 Fcfa/kg », a déclaré le ministre de l’économie numérique et de la Poste, Bruno Nabagné Koné, également porte-parole du gouvernement. Pour lui, il y a quelques années à la « demande express» du Chef de l’Etat Alassane Ouattara, mais également aux «résultats extraordinaires que cette réforme a permis d’obtenir ». « Notre pays produit aujourd’hui 702 000 tonnes d’anacarde, ce qui en fait le premier producteur mondial contre 565 000 tonnes en 2014. D’une année à l’autre une croissance de 24% », a-t-il poursuivi en rappelant que « le prix planché l’an dernier avait été fixé à 275 Fcfa contre 225 Fcfa en 2014 » et le « prix moyen qui a été observé au cours de l’année a été de 410 Fcfa avec des pointes à 600 Fcfa/kg ». « Tout cela a permis un accroissement du revenu distribué aux paysans estimé à 119 milliards de Fcfa. C’est de l’argent qui est allé directement dans les poches des paysans. Les revenus sont passés exactement de 169 milliards de Fcfa en 2014 à 288 milliards de Fcfa en 2015, soit une hausse de 70% », a encore ajouté le porte-parole du gouvernement. Selon lui, il « reste maintenant une problématique, celle de la transformation locale ». « Aujourd’hui notre pays ne transforme que 6%, ce qui peut être présenté comme une faiblesse mais en même temps montre l’important potentiel de transformation dont notre pays dispose », a fait remarquer Bruno Nabagné Koné. A l’en croire, les instructions ont été données par le Chef de l’Etat pour accélérer le programme de transformation, l’objectif étant à l’horizon 2020 d’être pratiquement à 100% de transformation de la noix de cajou. Par ailleurs, la Côte d’Ivoire est le premier pays producteur d’anacarde au monde, la connait un problème de transformation locale.

Lire aussi:   Transport interurbain : La Sotra se dote de 94 nouveaux autobus

M. T

abidjan.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here