Home Accueil Présidentielle 2020 au Togo: démarrage de la révision des listes électorales

Présidentielle 2020 au Togo: démarrage de la révision des listes électorales

Au Togo, les opérations de révision des listes électorales ont démarré le vendredi 29 novembre 2019 en vue de l’élection présidentielle de 2020.

Ces opérations s’achèveront le 1er décembre et permettront d’actualiser le fichier électoral national existant comportant un peu plus de 3 millions d’électeurs, qui avait servi pour les élections législatives de décembre 2018.

.tdi_1_a5d.td-a-rec-img{text-align:left}.tdi_1_a5d.td-a-rec-img img{margin:0 auto 0 0}

A terme, le Togo aura un « fichier électoral national fiable et complet répondant aux standards internationaux », a expliqué le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Ayassor Tchambakou en lançant le démarrage des opérations.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: rentrée judiciaire de la Cour d’appel d’Abidjan

« Un nouveau parcours s’ouvre ainsi pour la CENI dans sa mission d’organisation et de supervision des opérations référendaires et électorales à travers ses démembrements au Togo et à l’étranger », a-t-il affirmé.

LIRE AUSSI: Bénin: vers un dialogue national sans l’opposition ?

Pour la première fois, les Togolais à l’étranger voteront lors de l’élection présidentielle prévue entre le 19 février et le 5 mars 2020, mais seulement aux Etats-Unis, en France, au Gabon, au Maroc, au Nigeria et en République démocratique du Congo où sont créées des Commissions électorales d’ambassade indépendantes (CEAI), a-t-il précisé.

Lire aussi:   Adjoumani répond à Soro: « la Côte d’Ivoire ne brûlera pas »

A quelques mois du scrutin présidentiel, une dizaine de candidats dont des leaders d’opposition et des indépendants se sont déclarés pour affronter dans les urnes le président sortant Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005.

LIRE AUSSI: L’opposition aura t-elle des représentants dans la CEI locales ?

Cette élection se déroule dans un contexte où l’opposition et des organisations de la société civile exigent notamment la révision du fichier électoral, la recomposition de la CENI et d’autres mesures qui garantiraient un scrutin irréprochable.

Lire aussi:   Le gouvernement ivoirien élabore un « indice de la vie chère »

Vu l’enjeu de la prochaine élection présidentielle, les partis d’opposition ont cette fois-ci exhorté les populations à se faire recenser, alors qu’ils avaient appelé en 2018 au boycott des opérations de révision du fichier et des élections législatives.

.fb_iframe_widget_fluid_desktop iframe{width:100%!important}

.tdi_2_5e3.td-a-rec-img{text-align:left}.tdi_2_5e3.td-a-rec-img img{margin:0 auto 0 0}

Source: Yeclo

Commentaires Facebook