Home Accueil Le jour où Amadou Gon a traité Mamadou Koulibaly « d’enfants de pauvres »

Le jour où Amadou Gon a traité Mamadou Koulibaly « d’enfants de pauvres »

Répondant à Saïd Penda, Mamadou Koulibaly a précisé ce jeudi 12 décembre 2019 que c’est plutôt Ouattara qui a tenté de l’enrôler dans son équipe.

Gon Amadou m’a appelé à la primature pour me dire : « Bon, vous les enfants de pauvres, quand vous avez fait des études, que vous voyez que d’autres en ville gagnent beaucoup plus d’argent que vous, ça crée une sorte d’aigreur chez vous et puis ça vous rend méchant, vous écrivez chaque fois des textes comme ça.

.tdi_1_36d.td-a-rec-img{text-align:left}.tdi_1_36d.td-a-rec-img img{margin:0 auto 0 0}

Alors Ouattara m’a demandé de vous appeler pour voir dans quelles mesures on peut collaborer. Et puis vous allez voir [..] et c’est notre frère il est venu, je suis avec lui ici vous voyez c’est pas mal. C’est mieux payer que l’université ».

Lire aussi:   Réaction de Bictogo suite au report du débat télévisé contre Guikahué : « je m’y étais préparé, je suis demandeur de ce type d’échanges »

LIRE AUSSI: Pour que Gbagbo soit élu en 2000, il a fallu Guei. Pour Ouattara, il a fallu une force internationale. Qui sait ce qu’il en sera pour Affi ?

Je lui ai répondu : « Mr Gon, si vous pensez que c’est parce que je suis un enfant de pauvres que vous pouvez m’appeler dans votre bureau pour dire arrêtez vos critiques de politiques économiques et puis venez on va manger, vous vous trompez complètement ! Vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’à la nuque !! Allez à Azaguié, vous trouverez mes parents.

Lire aussi:   COVID-19 : le Niger décrète l’état d’urgence sanitaire

LIRE AUSSI: « Le coup d’Etat de 1999 a ouvert la boîte de la promotion de la médiocrité sous Gbagbo et se renforce sous celui de Ouattara »

C’est vrai que je suis d’une famille modeste, mais jamais je ne vais envier des gouvernants qui volent, qui pillent, qui tripatouillent dans les textes. Et de surcroît, Mr Ouattara est docteur en économie certes, mais je ne suis pas sûr que lui et moi nous ayons lu les mêmes livres d’économies.

Lire aussi:   Deux soldats américains tués en Afghanistan

LIRE AUSSI: Un journaliste ivoirien à Ouattara : « un vrai leader n’a pas peur de partir et de céder son fauteuil »

Nul part je n’ai lu dans mes livres d’économies de ma bibliothèque que la prison, que le lacrymogène, que la matraque étaient des instruments de politiques économiques.
Lui, c’est ce qu’il a fait ».

.fb_iframe_widget_fluid_desktop iframe{width:100%!important}

.tdi_2_4b5.td-a-rec-img{text-align:left}.tdi_2_4b5.td-a-rec-img img{margin:0 auto 0 0}

Source: Yeclo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here